Épisode 79 – Interview de Pierre Noizat 📌 

Pierre Noizat, l’homme à la tête de Paymium, nous parle de cette nouvelle réalité financière où le Bitcoin défie le monopole monétaire institutionnel et ouvre la voie à une économie parallèle ayant un impact sans précédent. Paymium, le plus ancien exchange de cryptomonnaies, joue un rôle de premier plan.

Le Bitcoin pour défier le monopole monétaire

Bitcoin, lancé en 2009 sans la permission d’aucun gouvernement, résiste, depuis, de toute part aux pressions, aux attaques et aux critiques. Bitcoin prouve chaque jour sa résilience et son potentiel disruptif, s’imposant comme un acteur, aujourd’hui incontournable.

Pierre nous rappelle que le coût de l’euro, notre monnaie traditionnelle, est colossal, un fait souvent ignoré en raison de son monopole. Il compare notre acceptation passive de ce système à un Sophisme du paradis, une forme de syndrome de Stockholm où nous ne remettons plus en question le système qui nous emprisonne.

Le numérique a construit un monde où la surveillance et le contrôle sont omniprésents. Les GAFAM ne sont pas les seuls à nous surveiller – nos banques aussi ont accès à nos données les plus intimes. C’est dans ce contexte que le Bitcoin, résistant à la censure et à la surveillance, trouve son succès dans les pays sous-développés ou sous tyrannie.

Le Bitcoin n’est pas seulement une réponse à la surveillance et au monopole monétaire. Dans les pays en développement, où les monnaies locales sont souvent instables, il offre une solution concrète à un problème réel. Il s’agit d’une monnaie complémentaire qui offre une stabilité et une accessibilité sans précédent, c’est ce que l’on appelle l’inclusion financière. Avoir accès aux monnaies sans être forcément bancarisé. 

Bitcoin vs. Banques : Une bataille pour l’énergie et le futur financier

Le Bitcoin est un sujet qui n’est pas à prendre à la légère car il s’agit de changer notre façon de penser et d’utiliser l’argent. Prenez une minute pour réfléchir à l’impact potentiel que cela peut avoir sur le monde.

Pour comprendre, il faut d’abord déconstruire une idée reçue : celle que le Bitcoin est énergivore. Cette notion, largement propagée par les médias, est en réalité le fruit d’une relation de dépendance entre ces derniers, les banques et les lobbys. Les banques, en effet, ont tout intérêt à discréditer Bitcoin, qui menace leur monopole sur la création monétaire. 

Il faut savoir que les mineurs de Bitcoin cherchent en vérité les surplus d’énergie (car ils sont nettement moins chers) non utilisés, monétisant une ressource autrement gaspillée et contribuant potentiellement au financement des énergies renouvelables. Ce qui n’est pas le cas des banques dont la consommation réelle d’énergie est grandement supérieure à celle du bitcoin.

Le Bitcoin, en proposant une monnaie de réserve apolitique, pourrait en fait rétablir un certain équilibre monétaire, évitant ainsi le développement de zones monétaires impérialistes. Il pourrait également aider les pays en développement à sortir de leur situation précaire, en mettant fin à l’exploitation de leurs ressources par les pays riches.

Et ce n’est pas tout ! Le Bitcoin, en raison de sa nature décentralisée, pourrait également mettre fin à l’illusion que la politique contrôle l’argent. En réalité, ce sont les banques qui administrent la vie économique des pays, et non les gouvernements. Bitcoin, en offrant une alternative à ce système, pourrait donc redonner le pouvoir aux citoyens. La réorganisation sociétale est inévitable. Cette révolution Bitcoin est une histoire de résilience, d’innovation et de transformation de la société.

Bitcoin : Nouvelle réserve de valeur ?

Il existe une analogie qui fait souvent débat : Bitcoin est-il l’équivalent numérique de l’or ?

Tout comme l’or, le Bitcoin nécessite de l’énergie pour être “extrait” – de la terre pour l’or et du code mathématique pour le Bitcoin. C’est cette dépense énergétique qui donne de la valeur à ces deux actifs car celle-ci garantit la sécurité de l’actif. 

Les deux représentent une réserve de valeur. Pourquoi ? Parce qu’il y a une limite à leur quantité. 

  • Pour l’or, c’est la quantité épuisable présente dans la terre. 
  • Pour le Bitcoin, c’est le fameux plafond des 21 millions de bitcoins, inscrit dans son code source. 

Cette limite assure que la quantité de Bitcoin ne peut pas être augmentée à volonté, contrairement à l’euro ou au dollar, dont l’impression est décidée par les banques et les gouvernements.

C’est cette différence fondamentale entre la “preuve” (Bitcoin, or) et la “promesse” (monnaies fiat) qui fait du Bitcoin une monnaie déflationniste, c’est-à-dire une monnaie dont la valeur a tendance à augmenter avec le temps car sa rareté est garantie.

Mais alors, le Bitcoin est-il une monnaie ? Pas nécessairement. Il suffit qu’il soit reconnu comme un moyen de paiement. Après tout, la monnaie n’est qu’une technologie, un outil pour faciliter les échanges. C’est là que Paymium entre en jeu. En proposant une plateforme d’échange de bitcoin, Paymium permet à chacun d’utiliser le Bitcoin comme un moyen de paiement, contribuant ainsi à sa reconnaissance et à sa démocratisation.

En fin de compte, la question de la souveraineté est au cœur de tout cela. Qui contrôle la monnaie contrôle le pouvoir. Et dans un monde où la technologie est de plus en plus omniprésente, la maîtrise de cette technologie devient essentielle. Elle permet à chacun de nous de reprendre le contrôle de notre argent, de notre énergie, de notre pouvoir et donc notre liberté individuelle.

Vers une souveraineté numérique ?

Alors que Macron embrasse la vision d’une France numérique, la question de la stratégie numérique du gouvernement reste en suspens. L’Europe et la France ont besoin d’une stratégie proactive, centrée sur la promotion des logiciels libres et des solutions décentralisées, pour éviter d’être doublées par les sociétés américaines, comme cela arrive souvent.

La régulation PSAN à travers la loi MiCA pourrait accélérer l’adoption massive des cryptomonnaies, et assainir le marché afin d’éviter une autre catastrophe financière comme FTX. Cependant, elle ne garantit pas la souveraineté numérique. Les plateformes offshore continueront à solliciter les citoyens français, et les arnaques resteront une réalité.

Paymium : Un acteur clé dans l’adoption du Bitcoin

Paymium, en tant que pionnier dans l’exchange bitcoin en Europe, fait partie des rares sociétés qui disposent d’un niveau de sécurité très strict. En effet, régulièrement, ils réalisent des audits comptables et des procédures de sécurité, et maintiennent 100% de réserve pour leurs clients. 

250 000 clients sur tout le territoire européen leur font confiance. Leur objectif est tout simplement de permettre à un grand nombre d’utiliser le réseau bitcoin comme moyen de paiement au quotidien.

Alors que le Salvador a adopté le Bitcoin comme monnaie officielle, la question se pose : l’Europe suivra-t-elle le même chemin ? Il est clair que le Bitcoin est devenu une monnaie en septembre 2021, lorsque le Salvador l’a adopté comme deuxième monnaie légale. Les rênes sont entre les mains des institutions financières actuellement. Pour que le consensus collectif change de main, il faut que le citoyen reprenne son pouvoir !

Pour mieux comprendre la DeFi et envisager un futur complètement indépendant du système monétaire actuel, nous vous invitons à vous inscrire à notre programme de formation sur la Finance Décentralisée. Ce cours vous fournira toutes les connaissances requises pour appréhender les implications de la DeFi et découvrir comment vous pouvez en tirer avantage.

Abonnez-vous à notre Newsletter 👉 https://nftbusiness.substack.com/ 

Vous souhaitez investir dans la cryptomonnaie et développer vos connaissances afin de réussir à investir efficacement ?
Vous souhaitez apprendre à investir dans la cryptomonnaie de manière structurée et sécurisée ?
Alors suivez
la formation de Chantal Läng. C’est la meilleure !  

Si ce Podcast vous plaît, soyez nos ambassadeurs
🤝 Comment ?
👉 En vous abonnant au podcast et à notre Newsletter 👉 https://nftbusiness.substack.com/
👉 En nous laissant un avis (sympa) et notant le podcast avec des ⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️ sur Apple Podcast & Spotify.
👉 En partageant avec vos amis via WhatsApp, avec un petit mot qui leur donnera envie d’écouter !

Vous souhaitez sponsoriser Techno Impact ou nous proposer un partenariat ?
Contactez-nous 👉
claudia@claudialomma.com